Vieillissement, fragilité et dépenses de santé

Vieillissement, fragilité et dépenses de santé

Vieillissement, fragilité et dépenses de santé

Aucun commentaire sur Vieillissement, fragilité et dépenses de santé

Auteurs

Nicolas Sirven, avec la collaboration de Thomas Rapp

Institut de Recherche et Documentation en Économie de la Santé (IRDES)

L’IRDES pose 3 questions à Nicolas Sirven à l’occasion de la parution du Questions d’économie de la santé n° 216 intitulé : « Vieillissement, fragilité et dépenses de santé », réalisé en collaboration avec Thomas Rapp.
Dans un contexte de vieillissement de la population et d’augmentation des dépenses de santé, la fragilité apparaît comme une notion intéressant tant les professionnels de santé que les politiques de régulation des conséquences du vieillissement. Elle est définie comme une diminution de la résistance de la personne face au stress qui augmente sa vulnérabilité et l’expose à un risque d’accidents, comme les chutes, et d’évolution vers la dépendance. Jusqu’à présent, une partie de l’augmentation des dépenses de santé était souvent attribuée à un effet mécanique de l’âge en l’absence de la prise en compte de la notion de fragilité dans les analyses multidimensionnelles. Cet effet ne masque-t-il pas des situations individuelles différentes ? La fragilité peut-elle révéler ces différences ?
A partir des données de l’Enquête santé et protection sociale (ESPS) appariée aux données de l’Assurance maladie, nous testons ici l’hypothèse selon laquelle la fragilité est un des déterminants des dépenses de santé individuelles des personnes âgées. L’analyse montre ainsi qu’en 2012, le montant moyen des dépenses de santé ambulatoires des personnes âgées de 65 ans et plus augmente avec le niveau de fragilité.

ADRESSE
45 rue des Saints Pères - 75006 Paris
TELEPHONE & MAIL
01 42 86 20 71 - liraes@parisdescartes.fr


logo_liraes

Back to Top